21 décembre 2013

Geneanet: le partage de données, oui, mais à quel prix?

Tout mes proches vous le diront, je passe beaucoup de temps (trop?) à lire, chercher, transcrire, collecter, etc... pour toute discipline se rapportant à la généalogie. Aussi je suis le premier à partager des informations (et à en demander!) car l'entraide est essentielle en généalogie.

Hier, j'ai eu la surprise de découvrir sur un même arbre en ligne, des données concernant ma famille paternelle de La Côte-Saint-André et sur ma famille maternelle, originaire de Paladru. J'ai été interpellé, car il n'y a à ma connaissance que ma sœur et moi qui pouvons nous glorifier de cette ascendance!

Généalogie : recherchez vos ancêtres, publiez votre généalogie, consultez l'état civil ...
En vérifiant, j'ai donc découvert que je figurai avec mes ancêtres directs sur l'arbre de ce monsieur et qu'il avait même pris la peine d'illustrer son arbre avec mes photographies. Ces même photos de famille que j'avais mis tant d'années à collecter et qui dorment aujourd'hui dans un tiroir de mon bureau.

Bien sur, j'ai contacté ce monsieur, lui demandant de supprimer de son arbre les photographies ainsi que les données concernant des personnes encore vivantes. Je lui ai aussi demandé de me citer comme source pour le reste (oui, je suis gourmand!).

Voilà la belle et gentille réponse de cette personne indélicate:
Monsieur,
Je n'ai pas à vous citer dans mes recherches, ni à vous dire merci, car les renseignements que j'ai ne vienne pas de vous, et si vos photos que vous dites étaient rangées dans vos tiroirs elles ne seraient pas sur internet. Quand à la relation, et bien figurez vous qu'il y a une cousinade lointaine. Je suis très étonné de votre réaction, car en généalogie, on donne, on cherche et on trouve, ainsi s'explique la solidarité généalogique. Cordialement. XXX XXXXXXX
Alors oui pour le partage, oui pour le cousinage, mais que doit on dire aux pilleurs?

20 commentaires:

  1. Expérience particulièrement désagréable, surtout en ce qui concerne les photos. Petite question, pourquoi n'utilisez vous pas sur Geneanet la fonction qui cache toutes les personnes de moins de 100 ans ? Ca évite au moins que des personnes vivantes soient reprises un peu partout.
    J'espère au moins qu'il vous retire de son arbre, parce que ca c'est légal si je ne m'abuse.
    Bon courage, il y a aussi de belles rencontres en généalogie sur internet

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, les contemporains sont masqués sur mon arbre, ainsi que les photographies désormais. J'avais pourtant très envie de partager ces dernières... tant pis. C'est illégal d'après mes souvenirs également, mais ce monsieur ne semble pas le comprendre. Merci pour votre visite et oui bien sur, il y a aussi de très belles rencontres et heureusement :)

      Supprimer
  2. A priori il n'y a pas de juste milieu entre :
    - partage = reprise sans demande accord
    - et non partage = on ne fait pas profiter les autres de nos trouvailles.
    On doit semble-t-il nous satisfaire de ce constat pour l'instant.
    POur les informations concernant les contemporains, comme le signale Brigitte, il faut restreindre l'accès sur geneanet aux personnes non contemporaines, même si j'avoue que je n'y pense pas forcément.
    En tout cas, il est bien de mentionner une telle situation et de montrer son ressenti. Cela permettra peut-être d'améliorer les choses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas sur qu'à mon niveau de généalogiste purement amateur cela provoque beaucoup de changements. Mais c'est vrai qu'il est important, pour les personnes débutantes notamment, d'informer des éventuels risques...

      Supprimer
    2. Bonsoir,

      Le partage n'implique pas que l'on soit absent!

      On peut partager et permettre la copie à la condition de citer la source c'est ce qui s'appelle le CC-BY; on peut aussi préciser sans modifications (ND), sans usage commercial (NC) voire même imposer la rediffusion à l'identique (SA).
      Il est vrai que ce"n'est plus du copyright mais du copyleft inspiré par les licences libres.
      C'est ainsi que tous mes travaux sont sous cette licence libre CC-BY-SA-NC donc on peut copier mais citer la source et rediffuser aux mêmes conditions de licences et sans usage commercial.

      Supprimer
    3. Oui c'est également une solution. Mais je ne veux pas m'approprier des aïeux, loin de là. Ai-je le droit (par exemple) d'apposer un copyright sur mon arrière-arrière-arrière-grand-mère, uniquement parce que c'est moi qui ai retrouvé des informations sur elle? Alors que je la "partage" aujourd'hui avec d'autres descendants. Simplement j'aimerai désormais que la personne retire des données contemporaines qui figurent masquées sur mon arbre.

      Supprimer
  3. J'ai aussi découvert que des morceaux de ma généalogie se baladent chez des utilisateurs plus soucieux du nombre de personnes dans leur base de données que des ancêtres eux-même...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est tout à fait ça. Dans mon cas, je pense que la personne fait une "jolie" petite collection de cousins ou presque cousins. Et je ne suis pas certain que c'est cela qui compte.

      Supprimer
    2. Exact le nombre les importe et aussi la célébrité et la noblesse c'est ainsi que j'ai demandé ce que faisait certaines personnes sur son arbre et quel était son lien:aucun mais il a atteint 48.000 anc^tres qui ne sont pas les siens.Comme cette branche était noble ça faisait un plus !!! Avec des contemporains nombreux...

      Supprimer
    3. Tout ceci est vraiment désolant...

      Supprimer
  4. Pour les photos, ajoutez un copyright directement sur la photo en filigrane (de plus en plus de logiciel de traitement d'images permettent de le faire facilement). Ainsi, vous pourrez facilement revendiquer la paternité de vos photos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pensais pas devoir en arriver là, à vrai dire... Mais c'est en effet une très bonne solution. Merci pour l'astuce

      Supprimer
  5. Bjr, Bien que la réponse écrite de ce monsieur a légitiment de quoi irriter, il n'y a pas de quoi fouetter un chat. Dès que l'on met un truc sur le web, il faut avoir conscience qu'il sera potentiellement collecté/réutilisé.

    Pas grave, car la mémoire à de meilleures chances de se transmettre dans la multiplication des supports matériels et immatériels.

    Qu'une personne collecte des données récentes peut être un plus également, l'illustrer cette affirmation serait peut-être un peu long... mais, cela ferait un bon généa-thème.

    Je peux simplement dire qu'il m'est arrivé d'être contacté grâce à une photo voyageuse !

    Je n'aime pas la notion de propriété dans un travail de mémoire. Pour un arbre, et ses illustrations, je pense que "l'egoïsme" reste contre-productif. Là également, il y a moyen de développer...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que c'est un débat que je ne créé pas et qui ne se terminera pas avec mon histoire. Il fera encore couler beaucoup d'encre. Je suis loin de vouloir m'approprier des aïeux, mais lorsque je réutilise les recherches de quelqu'un je le cite. Ne serait-ce que pour le remercier du temps d'il y a passer. Rendons à César ce qui est à César... enfin vous connaissez la locution :)

      Supprimer
    2. J'ai bien compris et c'est un sujet passionnant, mais c'est également du gaspillage d’énergie.
      Pour ma part, si on me cite, je suis heureux car ça flatte mon ego et si on me cite pas, je m'en fous. Quand j'ai commencé mon arbre, je n'ai pas été exemplaire non plus. J'ai piqué ce que j'ai pu sur généanet sans pour autant m'encombrer à sourcer. Bien sûr, je n'aurais jamais été aussi grossier que l'individu du mail.., mais simplement dans l'élan et dans l'exaltation des découvertes et du recopiage,il m'était totalement impossible de penser à la citation!

      En définitive, sur généanet les médias importés sont datés et la traçabilité existe donc. De plus, lorsque je demande par mail l'origine d'une information ou d'un document, par expérience, je peux affirmer que l'on m'a toujours répondu avec courtoisie.

      Ensuite, le débat sur la généalogie descendante est un autre problème car, si souvent on a a faire à une pathologie de collectionite aigÜE, il existe également des raisons plus pragmatiques. Là aussi, ce serait un sujet de choix pour un généathème :)

      Supprimer
    3. Qui ne s'est jamais inspiré de Geneanet pour débloquer une branche? On a tous débuté un jour c'est bien vrai. Heureusement que la plupart des généalogistes sont courtois et compréhensifs. Et bien... à quand un généathème sur l'entraide et son contraire? :)

      Supprimer
  6. Bonjour,

    La réponse de cette personne est en effet fort désagréable. Elle aurait au moins pu vous donner le lien qui vous relie.

    Concernant le pillage, le doute peut subsister sur le fait qu'elle ait pu trouver les sources autre part (photos en double ?) mais on ne pourra jamais empêcher les gens non seulement de ne pas envoyer un petit merci, ni de piller sans citer les sources. Heureusement, ces personnes mal polies et mal intentionnées restent une minorité et ce sont surement elles les perdantes car l'entraide et le partage apportent toujours beaucoup plus que le pillage.

    Quant à la publication des données sur les personnes encore vivantes, vous êtes en droit de lui demander de retirer ce qui vous concerne, elle n'a pas à s'y opposer, mais vous n'êtes pas le premier qui n'arrivez pas à avoir gain de cause. Avez-vous écrit à la CNIL pour leur demander conseil ? (Lire notre article à ce sujet sur la page suivante :

    Bien cordialement
    Christine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, ce monsieur est resté vague si bien que je ne sais toujours pas quel lien nous "unis". J'ai demandé le retrait, sans obtenir gain de cause: j'attend maintenant une réponse de Geneanet. Malheureusement votre lien ne s'est pas affiché..?

      Supprimer
  7. Voici le lien :
    http://www.archivespubliqueslibres.com/législation/
    A bientôt.
    Joyeux Noël à tous.
    Christine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup :)
      Joyeux Noël et bonnes fêtes à vous également

      Supprimer